Le fort Cépérou

1

En 1643, quand l’amiral Charles Poncet de Brétigny arrive en Guyane, il choisit une butte avec de la visibilité, le « morne Cépérou », sur l’emplacement actuel de Cayenne, à l’embouchure du fleuve. Il en fait l’acquisition auprès de Cépérou, le chef de la tribu amérindienne des Galibis. Il y fera bâtir un fort et s’installe avec 1200 hommes.

Deux ans plus tard, la colonie quitte l’île de Cayenne à la suite d’affrontements avec les amérindiens et la mort de Poncet de Brétigny. Dès 1652, la Guyane et Cayenne font l’objet d’affrontement de souveraineté entre les différentes puissances coloniales, ainsi les français, les anglais, les portuguais et les hollandais prennent à tour de rôle le contrôle de Cayenne.

Le 21 décembre 1676, lors d’une bataille restée célèbre, Cayenne redevient française.

Campé sur une hauteur dominant Cayenne, le Fort Cépérou veille fidèlement sur la ville et sur ses habitants. Le fort Cépérou ou plutôt ce qu’il en reste, c’est à dire quelques pierres, murs et le clocher en bois menace de s’effondrer.

France Guyane nous indiquait que le beffroi devait être réhabilité à la fin de l’année 2015. On a hâte de le redécouvrir flambant neuf.

Aujourd’hui on y accède par une rue en escalier, un peu rude mais la récompense de ce petit effort est une vue imprenable sur Cayenne. Depuis 1980, le fort Cépérou est inscrit à l’inventaire des sites pittoresques de Guyane.

vue

 

Le 19 février 2009, le fort Cépérou était rétrocédé à la ville de Cayenne. Le site appartenait jusqu’alors aux forces armées qui doivent déménager en 2014. Les quelques vestiges encore visibles peinent à raconter ce qui fut pourtant une longue histoire.

Ce lieu est souvent le décor de clip ou encore de séances photo en plein air (Comité Miss Ronde).
Certains partagent même leurs clichés au fort Cépérou : (@Fort Cépérou )

D’où vient le nom de Cayenne ? Il y a deux versions …

La légende
Une très belle légende veut que le roi Cépérou, chef des Galibis ait eu un fils du nom de Cayenne. Cayenne, qui aimait passionnément la princesse Bélem, fit appel au sorcier Montabo pour l’aider à conquérir son cœur.
Grâce aux bons soins de Montabo, Cayenne pu franchir, monté sur un taureau, une immense rivière aux eaux tumultueuses. Il pu ainsi rejoindre Bélem et l’épouser. Pour le récompenser, le roi Cépérou décida que le village au pied de la colline sur laquelle il vivait s’appellerait Cayenne.

Et la version un peu plus historique
La caïenne était ce réchaud sur lequel se faisait la cuisine pendant le voyage. Lorsqu’après plusieurs mois de mer, le capitaine trouvait un havre accueillant où il décidait de séjourner, son premier souci était de faire « débarquer la caïenne ». Grâce à la chasse et à la pêche, l’équipage pouvait alors améliorer son menu. Dans l’argot des marins, Caïenne a bientôt signifié un lieu où l’on pouvait se reposer des rigueurs de la mer. Par extension, les dépôts de vivre dans les ports se sont appelés Cayenne. Brest et Rochefort ont également eu leurs cayennes.

Nous, on vote pour la légende !!

Fier d’être Guyanais et vous ?!

Comments

comments

DiscussionUn commentaire

  1. You can maybe try making a wedsite in English. It’s my second year of taking French, I can’t understand everything, but I’m getting there. Hopefully in the next 5 or 6 years I will be able to read this article

Reply To Alyia Cancel Reply

Powered by themekiller.com anime4online.com animextoon.com apk4phone.com tengag.com moviekillers.com